Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2008
   


 
 

:




En ce jour du vendredi 14 mars 2008,
Alors voilà, je vous l'avoue : j'ai un vieux compagnon et il vient de me dire à l'oreille : « Le talent que vous avez ou celui qu'on vous prête se mesure à celui qui vous reste le jour où vous n'en avez plus ». Hé bien, c'est cela : aujourd'hui, c'est un jour comme ça. Je décline l'identité de mon ami, c'est Morvan Lebesque, je vous en ai déjà parlé, breton sans doute, chroniqueur au Canard Enchaîné et mort au moins depuis aussi longtemps que j'écris.
Et si je me réfère aux mânes de Morvan Lebesque aujourd'hui, c'est parce qu'il y a des jours où non seulement l'actualité n'a aucun talent mais qu'en plus celui qui lui reste donne la mesure de son peu de compétence et de son manque de grâce.
Et donc, on doit revenir un moment sur ces affaires de l'intrusion des Etats dans la culture. On en parlait avant-hier avec ce boycott du Salon de Paris où la littérature israélienne est l'invitée d'honneur mais où c'est Shimon Pérès, le président d'Israël, qui a inauguré hier soir la manifestation. Et on y revient parce qu'on nous a demandé d'être plus clair et aussi parce que la controverse s'amplifie. (...)