Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2008
   


 
 

:




En ce jour du mercredi 12 mars 2008,
Vous avez sans doute appris que l’invité d’honneur du Salon du Livre de Paris était la littérature israélienne. Et vous l’avez appris parce qu’une menace de boycott plane, que dis-je, parce qu’un boycott, un vrai, s’est organisé et que des pays comme l’Algérie, le Maroc ou le Yémen se sont décommandés, en solidarité avec les Palestiniens. Ils viennent d’annuler la réservation de leurs stands. Pas d’Algérie, pas de Maroc, pas de Yémen, pas de Liban non plus au salon parisien qui ouvre ses portes demain.
Ici, on vient de clôturer une Foire du livre, deux même, une officielle et une moins, le thème de la Foire officielle était « les mots sont en colère » et c’est très bien que les mots soient en colère, il y a eu, dit-on, 70.000 entrées à la Foire, c’est-à-dire 5 fois moins qu’à Batibouw et 9 fois moins qu’au Salon de l’Auto, mais nous sommes ici pour parler des mots colériques et pas des chiffres qui fâchent.
Et donc, si les mots étaient en colère à Bruxelles, ça n’a pas vraiment mangé de pain : on peut s’arranger avec des mots en colère, on s’arrange moins quand ce sont des gens qui sont en colère contre des mots. (...)