Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2008
   


 
 

:

En ce jour du Mardi 4 mars 2008, On va revenir un moment sur cette affaire de Misha Defonseca, cette histoire de « Survivre avec les loups », maintenant que toute la lumière est faite, enfin on croit, on espère, sur cette chose pénible. Le temps aujourd’hui est à se demander non pas pourquoi Monique Dewael alias Misha Defonseca a travesti une réalité et une identité, mais pourquoi il a fallu dix ans, de la parution du livre à la sortie du film, pour se poser sur ce récit les questions nécessaires.
Pourtant, hier encore, tandis que j’écrivais ceci, un auditeur m’envoyait copie d’un article paru dans le journal allemand Der Spiegel en 1996 interrogeant directement la vraisemblance de ce témoignage. Mais voilà, à imaginer que les historiens de la Shoah ne lisent pas l’allemand, on n’en a rien su ici et, entre-temps, des centaines de milliers d’exemplaires de livres se sont vendus, un film aura été tourné et des centaines de milliers de spectateurs l’auront vu à leur tour. Et il aura fallu que des sites négationnistes tirent argument de l’invraisemblance de cette histoire pour jeter le trouble sur la réalité de l’Histoire tout court, et il aura fallu que la mémoire des enfants de la guerre et de la Shoah soit sollicitée comme jamais, instrumentalisée certainement, abusée aussi, pour que des historiens, ici, veuillent se garantir que jamais ce film ne soit diffusé dans les petites classes, estampillé du label de l’histoire vraie et édifiante. (...)