Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Et puis disait la dame, les gens manquent de compassion. C’est normal, Madame, la solidarité, ça fait longtemps que nous l’avons déléguée. Nous contribuons pour qu’il y ait un Samu social et puis des associations. Chaque année, nous versons plusieurs centimes dans la sébile de la solidarité déléguée. Vous voudriez aussi peut-être qu’on vous dise bonjour ?
C’est avant-hier qu’une manifestation désormais rituelle s’est déroulée dans la salle gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles. Une cérémonie d’hommage aux morts de la rue de l’année 2007.
C’est un jour où la maison communale se transforme en maison commune. La salle est toujours pleine. On vient avec une petite rose, on dépose des fleurs.
Ils étaient 32 l’an dernier, les morts de la rue, et seulement à Bruxelles, et leurs prénoms étaient affichés et récités, c’est une cérémonie qui est à la fois une stèle et une litanie. De temps en temps, on dirait une prière et puis un cimetière. Alors on entend et l’on voit des noms : Edouard, Jean-Pierre, Piotr, Michel et l’on voit des chiffres. Celui-ci avait 54 ans, celui-là 35. On dira, parce que la statistique ne vaut pas polémique que l’âge moyen des morts de la rue à Bruxelles, c’est 46 ans. C’est aussi à peu près l’espérance de vie en Guinée Bissau. Et puis, on remarque que dans la rue, on meurt aussi en été, et puis au printemps, et puis en automne. Dans la rue, les saisons ne concernent que la mauvaise conscience et puis l’apitoiement.
Et puis, on pense que nous sommes le 29 février, jour excédentaire d’une année bissextile. Et l’on se dit que ce sera un jour de plus à rester enfermé dehors. Allez, bonne journée et puis aussi bonne chance.