Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2008
   


 
 

:



En ce jour du lundi 18
février 2008, Le petit Roger Straschum venait d’Anvers. Il avait sept ans et en 1942 résidait dans la région de Tours, et il faut écouter ceci. Le 19 juillet, le petit Roger écrivit une lettre au directeur français d’un camp d’internement de la région : « Monsieur le Directeur, Excusez-moi si je me permets de vous écrire. Nous sommes quatre enfants qui attendons d'être mis dans le camp dont vous détenez la direction. Provisoirement, nous sommes à l'école Michelet, rue Michelet à Tours. Ne pourriez-vous pas nous faire chercher ? Nous sommes seuls car nos parents sont partis ».
Quelques jours plus tard, le directeur écrivait à la dame qui avait la charge des petits Straschum : « Mademoiselle, Un mot en hâte. Tout le monde est parti pour Drancy, y compris le petit Roger. Je veux croire qu'il rejoindra bientôt sa famille. Sentiments distingués ».
C’est compliqué, hein, un enfant qui veut être interné ? Et c’est odieux ou bien naïf, un directeur qui veut croire qu’il rejoindra bientôt sa famille… Et on se demande quel enfant de 10 ans héritera bientôt, en France, de la mémoire du petit Roger, mort à Auschwitz et parti par le convoi n°36. (...)