Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Et donc ma citation c’est « Quand on est né carré, on ne peut pas mourir pointu ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que quand on a commencé con, on ne peut pas finir intelligent, c’est ce qu’explique Camilleri. Et je la destine à tous ceux qui croient que les choses sont simples. Parce que si les choses étaient simples et si le monde était bien fait, voyez-vous, les gens iraient mourir dans les cimetières.
C’est ce que devaient se dire les téléphonistes du service « 100 » quand ils ont refusé d’envoyer une ambulance aux grévistes de la faim sans papiers de la rue Royale, la semaine dernière. Dans un monde bien fait où les choses seraient simples, c’est vrai, il n’y aurait pas de sans papiers, pas de grève de la faim et allez savoir, pas de service 100 non plus. Mais non, vous vivez ici et maintenant dans un monde où vous êtes sans papiers mais dorénavant aussi sans secours et puis sans réponse. Jamais le service « 100 » n’aura si bien porté son nom qui vous indique ce qui vous manque et vous explique comment vous en passer.
On n’a pas vu, sur cette question, s’élever la voix de l’opinion publique. Et il me revient à l’esprit que dans la Roumanie de Ceausescu, les ambulances ne passaient pas non plus pour les vieilles personnes et que ça, c’était vraiment un scandale ! Mais, nous autres, postmodernes et contemporains, nous habituons un peu plus tous les jours à accepter des choses qui hier nous auraient fait descendre dans la rue. On dirait bien que les normes estompées sont finalement devenues les seules normes visibles. Alors, cette semaine, cher Serge, nous allons faire le compte de nos estompements postmodernes et contemporains. Aurons-nous assez d’une semaine pour rendre pointu ce qui était carré, telle est la question. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.