Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Cet homme qui avait combattu chez les tirailleurs sénégalais s’était longtemps tu sur sa grande guerre jusqu’à ce que son grand âge ne le débusque car c’est ainsi : vous pouvez passer votre vie modestement à faire votre métier d’homme et à nourrir des hérissons, il y aura toujours quelqu’un, un paparazzo de l’Histoire, qui viendra vous taper sur l’épaule parce que certains auront estimé que votre principal exploit — vous qui avez fait une guerre dans les tranchées et puis qui avez été emprisonné pendant l’autre parce que, même ancien de 14, vous n’étiez pas précisément pétainiste — aura été de devenir vieux. Seriez-vous mort plus jeune, vous n’auriez pas compté.
Louis disait que les morts du champ d’honneur n’avaient pas eu de cercueil, il a demandé que ses funérailles se déroulent dans la plus stricte intimité. Il y a quelques mois pour ses 110 ans, tout le monde était venu saluer Louis. Lequel Louis, il s’est levé, il s’est tourné et a montré au maire son derrière et son dos pour les photos. Il y a de vieux messieurs indignes qui refusent les ors de la République et qui aiment bien emmêler les cordons du poêle. Gageons, s’il vous plaît, qu’il trinquera, Louis, avec Erich Kästner, dernier ancien combattant allemand mort le 5 janvier dernier.
Et on souhaitera bien du plaisir à celui qui devra enterrer Lazare Ponticelli qui considère que ces obsèques nationales qu’on lui promet seraient une injure à toutes les victimes qui n’ont pas eu cet honneur. Et tout à coup, l’on pense à cet homme désormais orphelin de ces millions de morts, seul détenteur désormais de la mémoire des tranchées de France, le der des der. Et l’on se dit qu’il est étrange de faire cet héritage tandis qu’on a déjà livré son testament.
Voilà, c’était une chronique pour dire que 90 ans après la fin de la première guerre, ses morts étaient toujours debout. Allez, bonne journée et puis aussi bonne chance.