Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2008
   


 
 

:




En ce jour du mardi 22 janvier 2008,
Ça ne vous intéressera peut-être pas de le savoir et si cela concerne jamais quelqu’un c’est d’abord les Français, mais l’un des deux derniers poilus de la Première Guerre mondiale est mort avant-hier.
Et c’était Louis de Cazenave, âgé de 110 ans, il avait combattu au Chemin des Dames, vous imaginez, Craonne, le plateau, — adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes les femmes ! —, et s’il n’en reste qu’un, ce ne sera pas celui-là, parce que le dernier survivant s’appelle Lazare Ponticelli, 110 ans également mais plus jeune de deux mois.
Et si je vous en parle, c’est parce que le président Chirac, du temps de sa splendeur, avait promis des « obsèques solennelles de portée nationale » au dernier vivant, ce que Louis et Lazare s’étaient empressés de refuser car ce n’est pas un concours que de vivre si c’est une loterie de mourir. Ah, Louis et Lazare !
De Louis, un de ses trois fils dit : « Il s’est éteint comme une chandelle ». Et un deuxième : « Il jardinait, il fumait sa pipe : les oiseaux se posaient sur son épaule, il nourrissait des hérissons ». (...)