Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Alors, faisons le compte : il y a le petit Emmanuel de Clara Rojas, otage colombienne. Emmanuel, littéralement « Dieu est avec nous » et rien que le choix de ce prénom pour un enfant naissant en pleine jungle signale déjà qu’il s’agissait là d’une promesse sans doute, d’une détresse aussi. Pendant quelques jours, nous en avons su plus sur ce petit Emmanuel que sa mère elle-même. C’était un enfant signal. Il nous est parvenu. Nous l’avons renvoyé. Et maintenant, qu’est-ce qu’on en fait ?
Il y a les orphelins non orphelins de l’Arche de Zoé dont on juge de façon diverse ces jours-ci les accompagnateurs emprisonnés. Enfants à adopter, à placer, à accueillir, et ravisseurs en grève de la faim, en procès, en cellule et cela nous apprend que de vouloir sauver des innocents est une responsabilité qui peut rendre coupable celui qui fait de l’enfance une valeur et non pas un état. Quelle imbécillité de se retrouver condamné parce que l’on a présumé de l’innocence et que l’on a parié sur la virginité de sa propre conscience.
Et puis, il y a ce tribunal — enfin pas un vrai tribunal — qui va conduire ces jours-ci à Bruxelles le procès —un faux procès qui se veut un vrai jugement — de l’enfermement des enfants en centres fermés. C’est une sorte de tribunal Russel — vous vous souvenez — que des associations vont réunir cette semaine pour juger de l’Etat belge. On en reparlera, mais si vous voulez mon avis, on reconnaît désormais un enfant, dans l’information, au fait qu’il a été ou bien enlevé ou bien qu’il est détenu. C’était juste pour dire qu’on dirait que le mot enfant semble devenu synonyme du mot otage. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.