Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2007
   


 
 

:

En ce jour du vendredi 21 décembre 2007, Hier, on tapait le carton dans une rue de Charleroi et j’ai vu ça comme vous peut-être au journal télévisé. C’est un asile pour sdf, j’ai déjà eu l’occasion de vous dire ce que je pensais de ce terme trompeur et menteur car il n’est pas de domicile qui ne soit pas fixe, on devrait commencer à le savoir, on devrait continuer par s’en souvenir.
Et donc, si on jouait aux cartes, c’était pour les tirer. Un asile de nuit, des gens qui attendent en troupe devant la porte, pas assez de place, alors, par version inversée de ce que nous avions vu il y a quelques semaines sur les trottoirs des écoles, chacun tire une carte et si on ne comprend pas très bien à l’image quelles sont les bonnes et quelles sont les mauvaises, on voit bien que certains rentrent et d’autres non. On ne se demande même pas qui c’est qui a tiré le valet puant, car on se dit qu’un jeu comme ça, c’est mieux encore que la télé-réalité, c’est plus éclairant, c’est plus direct, c’est moins hypocrite. Il faut, dans la vie, partir avec les bonnes cartes. Un asile de nuit nous en a fourni hier la preuve magistrale.
Je me disais ça en pensant qu’à Paris au même moment, le chef de cabinet de la Ministre du logement démissionnait pour avoir eu, lui, beaucoup de chance. Depuis 1981, il paie en effet son loyer quatre fois moins cher que les prix du marché, depuis 26 ans, il est logé au tarif HLM. 190m2, tout de même, dans le 14ème arrondissement, ce n’est pas rien. (...)