Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2007
   


 
 

:




En ce jour du vendredi 14 décembre 2007,
Il n’y a rien à faire, il y a des gens qui aimeront toujours mordre la main qu’on leur tend. Regardez, ce médecin hier palestinien, aujourd’hui européen, détenu pendant huit ans avec les infirmières bulgares dans les prisons libyennes et qui fut libéré il y a quelques mois, on se le rappelle, par un raid éclair de la diplomatie française. Voilà qu’il profite maintenant de la présence, sur le sol français, du colonel Kadhafi pour déposer plainte contre lui pour tortures. Ce n’est pas très élégant, cela. Il n’a pas, le docteur Achraf Joumaa Hajouj, ce qu’on appelle la reconnaissance du ventre. Ce n’est sans doute pas, en effet, ce à quoi l’on s’attendait à l’Elysée où, à vrai dire, on n’a pas, ces jours-ci, croulé sous les vivats.
A moins qu’il ait tout compris, le docteur Hajouj, au droit d’ingérence tel que le défendait le docteur Kouchner et qu’il se soit souvenu du juge Garzon, du général Pinochet, de la loi de compétence universelle et qu’il se soit rappelé que d’autres tortionnaires avaient été arrêtés durant leurs voyages. Car que racontait-il, ce médecin à son retour en Bulgarie ? Ceci, par exemple : « Ils m'ont demandé depuis combien de jours je n'avais pas mangé. (...)