Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2007
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 5 décembre 2007, Hé bien, aujourd’hui, on va vous faire une chronique qui ne sert à rien s’il arrive jamais qu’une chronique serve. Vous vous souvenez de la jolie Tania, cette jeune Hollandaise, engagée dans les Farc colombiennes dont je vous ai raconté l’histoire en septembre dernier ? Cette jeune militante dont on a retrouvé le carnet intime où elle notait ses impressions sur sa vie dans la jungle avec les guérilleros… Vous vous souvenez de ce qu’elle disait ? « J’en ai marre des Farc. Tout ça vaudrait la peine si on savait pourquoi on lutte. Mais vraiment, je n’y crois plus ».
Tania est, était, on ne sait pas ce qu’elle est devenue depuis la publication de ses carnets, une internée volontaire. Ce n’est pas le cas d’Ingrid Betancourt, enlevée en février 2002 et dont une longue lettre est publiée ces jours-ci. Les mots, pourtant, sont les mêmes. Ou presque. Tania : C’est quoi cette organisation où certains ont du fric et où les autres doivent mendier ? Ingrid : « Je n’ai envie de rien car ici, dans cette jungle, l’unique réponse à tout est « non ». Il vaut mieux donc n’avoir envie de rien pour demeurer au moins libre de désirs." Tania : « Je veux m’en aller. Chacun sait qu’il est ici plus ou moins comme un prisonnier ». Ingrid : La vie ici n’est plus la vie, c’est un gaspillage lugubre de temps. Chaque jour, il me reste un peu moins de moi-même. (...)