Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2007
   


 
 

:


En ce jour du mardi 4 décembre 2007,
Qu’est-ce qu’il a dit, Louis Tobback sur cette antenne, vendredi dernier ? Il a dit quelque chose qui a touché au cœur le chroniqueur. Interrogé sur le fait que souvent éditorialiste varie et que sa façon de penser comme sa manière d’écrire peut évoluer jusqu’à se contredire, il a eu cette réflexion : « Un éditorialiste doit pondre un œuf tous les jours. Je ne connais qu’un animal qui peut faire ça ». Sans doute le chroniqueur n’est-il pas éditorialiste, mais il reste qu’il doit, lui aussi, pondre un œuf tous les jours. Aussi, l’a-t-il pris un peu pour lui, cette métaphore gallinacée.
Il faut dire que les temps, comme les affaires, sont courants et qu’il n’est pas aisé de circonvenir cette « lassitude » dont parlait aussi vendredi un autre chroniqueur de cette antenne, Pierre Delrock, et l’on peut comprendre, ici, que de temps à autre, éditorialiste ou chroniqueur, nous nous trouvions le bec dans l’eau s’agissant du grain que nous aurions à moudre. Car voilà, s’il existe jamais un animal qui ponde son œuf quotidien, il se trouve aussi des gens à n’en pas faire cuire un seul en 177 jours.
Heureusement que le chroniqueur, à la différence de l’éditorialiste, a le temps pour maison et qu’il n’a pas à rester dans sa tour pour le mesurer. (...)