Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:




En ce jour du vendredi 30 novembre 2007,
Vous ne trouvez pas que tout se passe comme si nous vivions dans un état de manque ? J’y pensais en revoyant les files devant les trottoirs des écoles, on n’en sort pas décidément, c’est quelque chose de bizarre, tout de même, ces files, comme si elles entendaient prévenir une pénurie, circonvenir une carence, préparer une absence.
Nous en sommes aux dernières minutes. Dans une heure tout au plus, prendra fin le calvaire, dans une heure tout au plus, les guichets seront ouverts. Dans une heure tout au plus, il y aura beaucoup plus de files, évidemment. Puisque dans une heure tout au plus, il y aura des files aussi dans les écoles où, comme je le disais hier, il n’y avait pas, avant, de files devant.
Les écoles, dans une heure tout au plus, redeviendront des écoles. Avec des élèves et des professeurs. Et un secrétariat et puis une directrice ou bien un directeur. Au sortir de ces deux jours et de ces deux nuits, on aura retrouvé la pantoufle de vair de Cendrillon et chacun rentrera chez soi, sa mission accomplie et son enfant inscrit. (...)