Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Et on ne peut pas s’empêcher de se demander si nous l’aurions eue, nous, cette sorte d’abnégation, d’affronter la froidure pour nous assurer de la bonne éducation de nos rejetons ? Nous nous réjouissons de ne pas être aujourd’hui dans le cas, à vrai dire. Car nous connaissons des gens qui le sont et qui n’ont pu faire autre chose que prendre leur tour dans la file car contrairement à ce que disait Boris Vian, ce n’est pas le lampiste qui est le vrai coupable, c’est le type qui installe la première tente parce qu’il croit à la sélection naturelle, c’est le décret qui a laissé en blanc l’article qui indiquait qu’une couverture serait désormais nécessaire pour aller à l’école, c’est tout le monde qui croit qu’il y a des écoles ghettos et des écoles gâteaux.
Car ces files qui se forment sur les trottoirs des écoles viennent nous rappeler aussi que le savoir est une marchandise rare. Le décret l’avait compris, qui voulait en faciliter l’accès. Mais ce décret a fini par libéraliser l’égalité et n’a pas vu que le marché était plus fort que l’égalité.
Mais nous, on a vu qu’il y a des gens qui paient d’autres gens pour les remplacer dans la file, j’ai calculé hier, une famille a déboursé pas loin de 5000€ pour inscrire son enfant. A ce prix-là, le gamin, il a intérêt à être bon en calcul. Mais si vous voulez mon avis, c’est à nous tous, que cela coûte, ces 5000€ là.
Alors, quand d’autres veulent imaginer Sisyphe heureux, moi j’essaie d’imaginer une école sans file devant. Et je me demande ce que je penserais exactement, ce matin, si j’étais directeur d’une école sans file devant. Allez bonne journée et puis aussi bonne chance ?