Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 29 novembre 2007, On les dirait victimes d’une catastrophe humanitaire, ils en ont les mots : avec leur tasse fumante dans les mains, ils disent entraide, ils disent solidarité, certains se dissimulent de peur d’être reconnus, ils semblent avoir un peu honte de leur situation. Ils attendent l’heure de la distribution de la soupe chaude, des secouristes de la Croix-Rouge ne sont pas loin et la police rassure par ses rondes régulières. La nuit dernière, certains d’entre eux ont même trouvé un abri au chaud. On penserait des réfugiés. Ils disent qu’ils ont été jetés à la rue par un décret…
Je vous le demande : avions-nous besoin ou envie de voir ces images là ? Les écoles sont sold out. La solidarité est à l’encan. L’argent est partout présent. On n’avait jamais vu cela comme ça : cette société dissociée, l’envers, exactement l’envers, des sdf, mais avec les mêmes formes et les mêmes apprêts. C’est une image loupe, sans doute, parce que nous voyons tout de très près et que nous ne voyons pas tout. Et c’est une image terrible parce que l’on se reconnaît dedans. On s’y voit tous : les présents qui ont le temps ou l’argent du temps, les absents qui n‘ont ni l’un ni l’autre. Alors, on en veut terriblement à ce décret qui se voulait technique et qui devient clinique. On a presque envie de dire et impudique aussi. Car, en matière d’inégalités sociales, le décret montre tout. (...)