Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Il est vrai que la région est située en zone militaire et que le cimetière est bien mal loti, lui qui se trouve dans le périmètre de sécurité de la base et de son dépôt de munitions. En foi de quoi, il est interdit de creuser et de construire quoi que ce soit à Cugnaux afin de ne pas ameublir les sols, car on le sait, il n’est pas pire ennemi pour un militaire que l’instabilité.
Il reste seulement quelques places au cimetière et le maire qui sait que prévoir c’est gouverner s’est ouvert à l’armée de son souci funéraire. Sa population est âgée et, même sous Sarkozy, l’on n’est jamais à l’abri d’un accident caniculaire. La grande muette lui a adressé, dit-il, une fin de non-recevoir ce qui, on l’avouera, constitue déjà un progrès.
Puisque c’est ainsi, a dit le maire, nous ne ferons plus de concessions et chacun voudra bien veiller sous peine d’astreinte à aller expirer ailleurs car voilà : Cugnaux est la première commune à avoir interdit la mort.
On dirait une histoire belge. Ce n’est pas bien que nos voisins profitent des vacances de notre pouvoir pour s’emparer de notre humour. Jusqu’à leur ancien président et ancien maire aussi, mis en examen pour des détournements et des jeux d’écriture qui nous feraient presque croire que Charleroi est le vingt-et-unième arrondissement de Paris… A choisir, cependant, lequel nous ressemble le plus, du maire de la concession ou de celui de la concussion, la conclusion s’impose d’elle-même. Ce maire qui déclare la mort illégale nous paraît mériter les oreilles de Milou et la pipe de Magritte. Allez bonne journée et puis aussi bonne chance.