Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


On se demande s’il ne faudrait pas aussi en rédiger un 56ème, à la demande expresse de l’Office des Etrangers, et cet article ce serait : « Les enfants n’ont pas le droit de sortir des centres fermés même avec l’accord de leur parents et celui de la Cour de cassation ». Dimanche, tandis que 35.000 Belges battaient le pavé, ils étaient quelques-uns à avoir entrepris d’inviter les enfants détenus en centres fermés — ils sont entre 30 et 50— à une journée à l’extérieur avec des gamins de leur âge, les mêmes scouts ou à peu près que ceux qu’on avait vus dans la manif.
Car voilà : selon un arrêt de la Cour de cassation du mois de mars dernier, ces enfants-là ne doivent pas être considérés comme prisonniers dans ces centres fermés et ne font, juridiquement, l’objet d’aucune privation de liberté. Ils ne font en vérité qu’y accompagner leurs parents qui eux, sont bel et bien détenus. Ils y résident par une sorte de mesure humanitaire, en vérité. On ne détruit pas comme ça le tissu familial : vous pensez bien, nous vivons dans un Etat de droit.
Et donc, les parents enfermés de ces enfants libres avaient donné leur autorisation ce dimanche afin que les gamins passent un autre jour en liberté, mais dehors cette fois. C’était compter sans l’intervention de l’Office des Etrangers qui refusa tout net ces quelques heures de vacances. On se plaint que notre Etat vacille et n’aille pas bien. On manifeste et l’on marche pour le crier. Mais on a tort.
On ne voit pas que, pendant la crise, l’Office des Etrangers continue de s’occuper des fils des étrangers comme si c’étaient les siens et que de ce devoir il a déduit un droit. Allez, bon anniversaire, les enfants, et puis aussi bonne chance.