Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:



En ce jour du lundi 19 novembre 2007,
Chers amis auditeurs postmodernes et postbelges, je vous dirai qu’hier la Belgique unie m’a filé un rhume. Enfin, pas tout à fait un rhume mais je sens bien que j’ai quelque chose dans le nez. Je vous explique : le chroniqueur qui fait métier de scander les choses du temps n’aime rien tant non plus que les choses vues. Il y est donc allé voir. Et s’est déplacé du début à la fin et même à la fin, il est resté un peu. Quatre heures d’un beau dimanche pour la saison. Mais frisquet, le dimanche, et froidasse, la saison.
Et vous savez la première question qu’il s’est posée, le chroniqueur ? Il s’est dit : qu’est-ce que c’est que cette manif belge sans aucun bistrot sur le parcours ? Parce que de la gare du Nord au Cinquantenaire en passant par la petite ceinture et la rue Belliard, pour ceux qui connaissent, c’est plutôt tintin côté bibine. Et je vous l’assure, un petit vin chaud n’aurait pas été de trop.
La deuxième question du chroniqueur, avisant les bonnets vikings aux trois couleurs et les chapeaux de bouffon à clochettes, tels qu’on les voit d’ordinaire sur les stades de foot, c’était de se demander pourquoi les Belges éprouvaient le besoin de se déguiser pour défendre leur identité. (...)