Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Pour agrandir le lit, sans doute, mais surtout pour élargir le débat.
Car on oublie trop souvent, me semble-t-il, qu’il n’y a pas deux Communautés dans ce pays, mais bien trois et vous savez mieux que moi que la Belgique est un pays fédéral qui compte trois langues nationales.
Vous n’ignorez pas — et n’importe quel conseiller matrimonial vous le confirmera le cas échéant — qu’être deux, ça pousse souvent à vouloir devenir trois. Nous avons de la chance, vous existez déjà. Nous ne devons donc pas créer ce troisième, cet autre. Vous êtes un tiers qui existe, mais pardonnez-moi, vous êtes un tiers particulièrement absent.
Vous et votre Communauté ne manquez pourtant pas d’arguments.
Tout d’abord, vous avez l’habitude des tourbillons et des emportements de l’histoire. Je ne dois pas vous raconter comment vos frontières ont été fluctuantes et comment la politique ou la turpitude des hommes vous ont jeté une fois ici et une fois là. Vous savez donc que le territoire que vous administrez est à l’image du pays que vous habitez, il aurait très bien pu ne jamais exister. Et pourtant voilà, vous le présidez.
Ensuite, vous appartenez à la fois à la Région wallonne et à la culture germanique et puis, comme la Communauté française, vous ne disposez pas de continuité territoriale.
Enfin, comme dans la périphérie, on use chez vous de facilités…
Avouez que ça donne à penser…
Comprenez que, subitement, vous nous deveniez chers.
Puissiez-vous alors aussi nous devenir tiers !
Monsieur le ministre-président, Ich danke sie fur ihre Beachtung et je vous souhaite une bonne journée et puis aussi bonne chance.