Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 15 novembre 2007, Vous connaissez, j’imagine Serge, la différence entre en pessimiste et un optimiste. C’est simple. Le pessimiste est le type qui dit « La situation ne peut pas être pire ». Et l’optimiste, celui qui répond : « Si, si ».
Je vais vous dire, Serge, je ne parle que pour moi, mais je respire beaucoup mieux depuis qu’Armand De Decker nous a promis, hier sur cette antenne, un gouvernement avant la fin de l’année. Et même s’il n’a pas dit de laquelle il parlait et qu’il semble bien que depuis il faille réconcilier le réconciliateur avec les gens qu’il a fâchés, avouez que ce serait miraculeux, un exécutif sous le sapin et on se rappellera, vous et moi, qu’en d’autres temps, lorsque le monde entier ne se résumait pas à un vaste magasin de jouets chinois, que ce que l’on trouvait sous le sapin, c’était des oranges, un cadeau luxueux fait aux petits enfants souffreteux, on ne le sait plus assez mais Noël, était orange avant de devenir rouge. Bleu, c’est autre chose. Blue Christmas, ça on n’a jamais vu. Et il n’est pas certain que les 3 bourgmestres de la périphérie soient les rois mages de cet avènement-là.
Ah ! Vous avez remarqué, je suppose, que nous vivons dans un pays palimpseste. On dirait que l’on efface tous les jours la page écrite hier. Qu’il est difficile à lire, le livre de la Belgique. Et pourtant, hier justement — c’est-à-dire, il y a bien longtemps — il disait une très belle chose, toujours sur cette antenne, Vincent de Coorebyter, comme quoi il allait s’agir de plonger non pas seulement dans la culture de l’autre mais aussi dans sa mémoire.(...)