Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:



En ce jour du mardi 13 novembre 2007,
Et nous avons donc vu revenir Jacques Wilmart. On l’a attendu samedi dernier au JT comme un otage sorti des limbes, le cérémonial était identique, on aurait dit que la patrie se mobilisait autour de ce retour, c’était étrange et l’on ne comprenait pas très bien ce que la télévision voulait nous dire.
Et puis, il y a eu ces applaudissements de la famille et des amis dans le crachin de novembre. Vous imaginez comment ils ont résonné au Tchad… C’était pareil pour les pilotes espagnols : tarmac, réception, acclamations. Qu’ovationnait-on exactement là-dedans : la grandeur d’âme abusée, l’engagement fourvoyé, l’entêtement crâneur ou même, allez savoir, la joie de les savoir libérés de geôles d’un pays qu’ils étaient pourtant parti aider ? Ces ovations belges et espagnoles, elles étaient glaçantes.
Comme était également étrange la première déclaration de Jacques Wilmart : « Je me sens autorisé à dire avec une insistance désespérée qu’il est grand temps que les décideurs politiques de tous bords mettent fin à ce démembrement de la Belgique ». Que venait faire cette adresse sur le tarmac de Melsbroeck depuis l’ambulance qui allait l’emmener vers l’hôpital ? Qui parlait exactement et pourquoi et puis quel était cet oracle ? (...)