Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:



En ce jour du lundi 12 novembre 2007,
C’était le 11 novembre hier et cela m’a rappelé que nous avons eu un pays encore plus petit qu’il pourrait l’être un jour : vous savez bien, la Belgique restreinte à l’Yser, le fameux saillant d’Ypres, quelques kilomètres carré, pas plus. Un territoire réduit aux acquis, une langue de terre qui deviendra très vite une terre de langues et nous payons encore aujourd’hui le prix de 14-18, une addition qui n’est jamais passée.
Car reposent sous les stèles des monuments aux morts les mânes d’une autre guerre, linguistique celle-là, faite de vérités et de vraisemblances, ces ordres en français pour les soldats flamands et aujourd’hui l’Yser est rendu à un pèlerinage, on sait lequel, on y parle qu’une seule langue, l’on n’y voit qu’un horizon, le sang versé a la couleur de la propagande et de la communication, ce n’est pas très beau quand les vivants parlent par la bouche des morts.
Et c’est bien cela qui nous fatigue aujourd’hui. Nous ne parlons plus mais nous avons le sentiment d’être parlés. Et peu importe la langue dans laquelle on nous parle, nous avons le sentiment de marcher à côté de notre propre histoire, nous ne la reconnaissons plus et j’entendais hier à la radio que les anciens combattants non plus, ne la reconnaissaient pas. (...)