Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2007
   


 
 

:



En ce jour du vendredi 9 novembre 2007,
« Madame, je me demande si dans les moments dramatiques que vous traversez au niveau national, votre série d'événements culturels est maintenu. » C’est le mot qu’envoie à son hôte un écrivain français qui devrait venir dans quelques jours tenir une conférence par chez nous. Ça questionne, non ? Et quel effet ça vous fait de vivre désormais dans un pays cyclonique, un pays qui fait peur, qui inquiète ? Dont les voisins se méfient ? Quel sentiment est le vôtre, maintenant que vous êtes passé de l’autre côté du miroir ? Vous étiez la solution, vous êtes devenu le problème. On vantait vos bonnes manières partout, vous donnez aujourd’hui l’impression d’avoir les pieds crottés et le nez morveux. On vous citait en exemple, vous voilà rendu au commun.
Ah, et pourtant de ces fameux « compromis à la belge » que n’avions-nous pas dit ! Je m’en expliquais hier à un ami : «
Tu te souviens comme moi qu’à chaque réforme de l’Etat, depuis les années 70, nous étions toujours un peu plus perplexes : ce monde qui changeait nous changeait aussi. Nous avons alors fait des efforts énormes pour comprendre notre pays. Ces « compromis à la belge », au début, cela nous goûtait comme boire de l’eau tiède. Il nous a fallu beaucoup de persévérance pour en comprendre l’intelligence.
(...)