Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Interrogé à ce propos, Henri Guaino, dont j’ai souvent l’occasion de vous parler ces temps-ci, dit qu’avoir remplacé « camarades » par « compagnons » « est aussi bête que de gommer les cigarettes sur les vieilles photos. Mais est-ce si grave ? ajoute-t-il. A force de se scandaliser de tout, on finit par ne plus savoir ce qui est important ».
La vertu d’évitement, c’est un peu cela. C’est de décider qu’il y a des indignations dispensables, des étonnements passés de mode, des emportements archaïques. C’est pourquoi j’ai souhaité vous lire des extraits d’une autre lettre d’un des compagnons d’infortune de Guy Môquet. Un Raymond Laforge, 43 ans, instituteur, emprisonné dans la même baraque, fusillé le même jour.
« Ma chère femme, ma chère Dédée, nous étions comme otages dans notre baraque en cas d’évènements graves. Ces évènements viennent de se produire et nous sommes mis à la disposition des Fritz par les gendarmes français. Cette fois, on vient nous avertir que nous allons être fusillés dans un délai assez rapproché. (…) Les Fritz nous attendent avec leurs mitrailleuses. Vive la France, vivent les Soviets ! (…)
Le sous-préfet vient de nous faire ses adieux et exprimer ses regrets !!!! (…) Je meurs sans religion, le cœur calme, un peu énervé malgré tout. Tous nous faisons nos derniers adieux et écrivons comme nous pouvons. Les gendarmes qui nous gardent sont encore plus blancs que nous. Nous allons "collaborer" une dernière fois : comme le chasseur et le gibier ! ».
En voilà une lettre d’adieu, non ? Mais, convenons-en : c’est du gros rouge qui tache plein de mots qui fâchent. Faisons donc confiance à la tempérance contemporaine. Et évitons ces Fritz, ces Soviets et ces « collaborations », ces termes qui ne nomment plus rien que l’on connaisse aujourd’hui. Vous ne sentez pas comment à avoir moins de mots, on se sent plus légers ? Allez, bonne journée et puis aussi bonne chance.