Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Et qu’est-ce qu’un vainqueur sans ligne d’arrivée ? Qu’est-ce qu’une ligne d’arrivée sans bouquet ? Et qu’est-ce qu’un bouquet si on ne peut pas le lancer dans le public ?
C’est peut-être bien ces mêmes questions qu’a ressassées Al Gore depuis les élections présidentielles de 2000 qu’il n’a ni perdues ni gagnées sans savoir exactement s’il avait été un vainqueur par dépit ou un vaincu par défaut. On dira qu’un prix Nobel efface tout cela. Et voilà qu’au moment même où il se voit récompensé par le jury norvégien, il doit affronter un père de famille anglais, chauffeur-routier de son état, assez mécontent qu’une campagne nationale diffuse le film d’Al Gore dans toutes les écoles britanniques. Il ne veut pas, explique-t-il, que cette « Vérité qui dérange » soit un vérité révélée. Un juge vient de donner raison au plaignant. Le film d’Al Gore est entaché selon lui de neuf erreurs factuelles rendant nécessaires un avis contradictoire pour les élèves avant la diffusion.
Al Gore s’est incliné. Le chauffeur de poids lourd est satisfait. Rien n’est jamais acquis à l’homme, dirait-on, sauf ses erreurs. Parmi les neuf points relevés par le juge, il y a ceci : « Le réchauffement climatique est responsable de la fonte des neiges au sommet du Kilimandjaro, en Afrique de l'Est ». Non, dit le juge, « ce phénomène ne peut être principalement attribué à l'impact des activités humaines sur le climat ». Leur dira-t-on, au juge et au routier que le Mont-Blanc a, lui grandi de 2, 15 mètres et que c’est aussi dû aux changements climatiques ? C’est un monde étrange tout de même où les montagnes grandissent et où les vérités se déplacent. Allez, bonne journée et puis bonne chance.