Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".


Je vous dis ça, c’est même pas pour rire, c’est pour rappeler tout cela, vous savez : Marie, Joseph, le recensement de César (qui est le père de qui ?), le couple qui cherche asile, les hôteliers qui refusent l’accueil, le refuge dans une crèche, le roi Hérode (où sont les nouveaux-nés ?), le massacre des innocents, la fuite en Egypte… Je vous dis ce n’est pas pour rire, mais parce que la position des évêques français est cohérente pour la raison que cette histoire, ils l’avaient déjà lue : elle figure dans le nouveau testament et tout un pan de civilisation s’est créé là-dessus : sur le départ d’un gamin en exil par persécution génétique. Ce qu’il y a de bien chez les hommes, c’est qu’ils nous surprennent peu. Vingt-et-un siècles plus tard, ils écrivent toujours la même histoire.
Et l’histoire, évidemment, se termine peu ou prou de la même manière. Le Sénat français, avant-hier a largement amendé la loi de sorte que seul l’ADN de la mère pourra être comparé à celui de ses enfants ce qui, convenons-en, ne sert pas à grand-chose. Le père, en revanche, n’y sera pas soumis qui pourrait très bien s’apercevoir qu’il ne l’est pas…
Bon, mais nous, qui sommes les voisins de nos amis français, nous le proposons depuis 2003, ce test ADN pour les ressortissants de pays où l’Etat civil n’est pas fiable. Et pour ce qui nous occupe, aucun débat n’est venu troubler quoi que ce soit, de sorte qu’un père malien ou philippin peut toujours, grâce à nous, s’apercevoir qu’il ne l’est pas, papa. Et d’ailleurs, n’est-ce pas ce que l’on est toujours en train de se demander avec le père d’Angelica : si celui-là il l’est ou pas, papa ? Il me vient une idée. Par ces temps hésitants, il faudrait peut-être lui faire passer un test, à notre mère patrie, pour nous assurer que nous sommes bien ses enfants. Allez, bonne journée Nathalie et puis bonne chance.