Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 

:



En ce jour du vendredi 5 octobre 2007,
Hier, nous parlions d’EADS, aujourd’hui ce sera de l’ADN : nous vivons dans un monde d’acronymes qu’il ne faut pas confondre avec celui des lettres, hélas. Les acronymes ont pour seule mission de nous simplifier la lecture et de nous compliquer la compréhension.
Ainsi de l’ADN, de l’acide désoxyribonucléique donc, et de cette proposition de loi votée avant-hier au Sénat français qui, pour chercher qui sont les pères, a considérablement brouillé les repères. Je vous parle bien sûr de cette loi visant à instaurer des tests ADN pour prouver une filiation pour qui voudrait bénéficier d’un regroupement familial dans l’Hexagone.
« Depuis quand la génétique devrait-elle décider de qui a le droit de s’établir sur un territoire ? Et puis, depuis quand une famille devrait-elle se définir en termes génétiques ? Et enfin, n’est-ce pas là prendre le risque de banaliser une pratique jusqu’ici légalement contrainte ? » C’est autour de ces questions que s’est bâti un front du refus jamais vu. Une pétition circula qui rassembla tant Isabelle Adjani que Michel Delpech, Laurent Fabius que Dominique de Villepin. Et puis les évêques aussi. L’Eglise donc qui, il est vrai, aurait été bien ennuyée de prouver la filiation du petit Jésus par un test ADN. (...)