Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 

:



En ce jour du mercredi 3 octobre 2007,
Chers auditeurs matutinaux, je vous le dis, il faut aider nos frères publicitaires. Regardez, avant-hier encore certains d’entre eux ont été condamnés pour une campagne de marketing viral intitulée « Rent a Wife », dont le slogan était « Une femme en location, bonheur dans la maison ». Une campagne qui prétendait, sous couvert de nous vanter les mérites d’une société de DVD, nous louer des femmes pour un jour ou pour un mois, par une ou par deux ou par lot, c’était comme on voulait. Condamnés donc pour n’avoir fait que leur métier.
Ça suffit. Car c’est évidemment s’attaquer à la liberté de parole, au droit à l’expression, au principe même de la création que d’intenter des procès pour sexisme, racisme, diffamation ou ségrégation à des gens pour qui l’information est une arme et la communication un art.
Et bien sûr comme l’a très justement dit leur avocat que « Pour tout le monde, il devait être clair qu'il s'agissait d'une caricature et d'une blague ». Et que ce n’était pas des femmes qui étaient à louer mais des films dans lesquels il y avait des femmes… Qui en aurait douté, sérieusement ? Que ceux et celles qui ne l’ont pas compris leur jettent la première pierre. Car qu’est-ce qui est le plus vulgaire finalement ? De raconter une blague grossière ou bien de ne pas en rire ? (...)