Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2007
   


 
 

:



En ce jour du mardi 2 octobre 2007,
Il y a quelque temps, rappelez-vous, nous avions disserté ici même sur le fait que l’on pouvait ou non noyer le poisson. Ce fut une belle discussion que nous devions à Herman De Croo qui doutait que jamais un poisson se noie et il me semble bien qu’à la fin, l’affaire fut tranchée: c’était possible et, avec l’aide des pêcheurs à la ligne, nous l’avions démontré.
Maintenant, est-ce que l’on peut « voguer de ses propres ailes », ça, c’est une autre histoire ! Et pourtant, la semaine dernière c’est contre quoi Elio Di Rupo nous a mis en garde : que la Flandre se décide à « voguer de ses propres ailes ». Evidemment, on vole de ses propres ailes et c’est une galère qu’on envoie voguer. De sorte qu’il était tentant de voir sous cette percussion sémantique, un évitement, une sorte de lapsus collatéral : cette idée de sécession flamande, quelle galère ça serait !
J’avais une amie comme ça qui enrichissait considérablement le sens des choses en s’en allant commettre de réjouissants écarts de langage et de roboratives approximations lexicales mais ce n’était pas très grave, on remettait cela au calendrier grec et de toute manière, de toutes ces choses elle était fière comme d’Artagnan. (...)