Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour.


Alors oui, de temps en temps, le chroniqueur aussi a envie d’être résolument moderne et de s’en aller combler ce déficit d’esthétique. Pour le coup, il lui aurait bien lu un poème, à Mark Eyskens. Il avait pensé à ce texte d’Henri Michaux qui s’appelle « Le secret de la situation politique » et qui commence par « Les Ouménés de Bonada ont pour désagréables voisins les Nippos de Pommédé », mais ça encore, ça nous rappelle des choses désagréables.
Alors, je vous jure que j’ai cherché quelque chose qui rende plus beau ce que nous voyons tous les jours. Et comme vous savez que l’esthétique ce n’est pas que la science du beau mais aussi l’apprentissage du sensible, je vous raconte une petite histoire édifiante.
Cela se passe il y a deux jours lors d’un match de coupe en Angleterre entre Leicester et Nottingham Forest. C’est du foot et on va chercher l’esthétique où on peut. Mais enfin, sachez que ce match était un match rejoué, la semaine dernière les équipes s’étaient déjà affrontées et alors que Nottingham menait 1 à 0, l’un de leurs joueurs a été victime d’un malaise cardiaque. En foi de quoi le match a été arrêté et reporté.
Et ce mardi, au début de la nouvelle partie, les joueurs de Leicester ont apporté le ballon au gardien de Nottingham et lui ont permis de traverser le terrain sans encombre afin d’aller marquer dans le but adverse et vide. Pour sauvegarder la beauté du sport, ont-ils dit. C’est peut-être pas aussi esthétique que la 9ème de Beethoven, mais dans notre monde de compétition, je vous jure qu’on y est sensible. Allez, bonne journée Sophie et puis bel automne aussi.