Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2007
   


 
 

:




En ce jour du vendredi 21 septembre 2007,
Il a dit quelque chose de fort intéressant, Mark Eyskens, hier, dans l’interview de Jean-Pierre Jacqmin. Il a dit : « Nous souffrons dans nos sociétés modernes d’un déficit d’esthétique. En Belgique aussi et en politique. Ce n’est pas beau ce que nous voyons tous les jours ». C’est fort intéressant parce qu’il se trouve peu de gens aujourd’hui qui oseraient la rime entre politique et esthétique. Et quand on souffre de quelque chose, habituellement dans nos sociétés modernes, c’est de déficit démocratique, ces deux mots-là vont souvent ensemble, on les dirait mariés pour le meilleur comme pour le pire. Mais le déficit esthétique, voilà quelque chose de résolument moderne.
Il se trouve que, de mon modeste siège de chroniqueur, je suis bien d’accord avec Mark Eyskens : nous ne manquons pas seulement de bonnes nouvelles, nous manquons aussi de belles nouvelles. Mais allez-y, vous, trouver autour de vous une nouvelle qui serait bonne et belle. Ça fait un bout de temps, n’est-ce pas que le beau n’arrive plus à compenser le laid… Et de quoi fait-il son marché, le chroniqueur sur son modeste siège, sinon du monde, de ses malheurs, de ses contrariétés et de ses contradictions ? (...)