Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2007
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 20 septembre 2007, On connaissait l’Office des Etrangers. Permettez-moi de vous présenter aujourd’hui l’Office des Belges. L’Office des Etrangers, on sait à peu près ce que c’est. Il traite les demandes d’asile d’étrangers qui voudraient vivre parmi les Belges, c’est un truc fort compliqué, opaque, mystérieux, impénétrable. L’Office des Belges, c’est beaucoup plus facile : il s’occupe simplement de transformer des Belges en étrangers. Les deux fils, jumeaux, de Simon Leys ont eu récemment affaire à l’Office des Belges. Depuis, ils sont apatrides.
Je vous parlais de Simon Leys il n’y a pas deux jours à propos de la littérature anti-totalitaire et voilà, j’en reparle, mais c’est pour tout autre chose. Enfin peut-être pas tout à fait. Car à lui qui est belge, écrivain reconnu, lauréat du prix Renaudot, membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique où il occupe le fauteuil de Georges Simenon, et aussi ce qui n’est pas mince, ancien attaché culturel belge à Hong-Kong et Pékin avec rang de diplomate, à lui, on veut faire croire que ses deux fils sont chinois au prétexte que ce sinologue a épousé une Chinoise. Car voilà, ses fils jumeaux, Marc et François, 40 ans dans un mois, joyeux anniversaire, ont rencontré l’Office des Belges en la personne de Madame la Consul de Belgique à Canberra, Australie, pays où ils vivent depuis leur enfance. Laquelle Consul a douté, semble-t-il, que ces demi-Chinois puissent être entièrement Belges. (...)