Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour.


Et c’est là que l’on apprend qu’il y aurait environ 500 incidents antisémites par an, en Israël, le plus souvent du fait de jeunes skinheads venus de Russie. Avec comme spécialité la profanation de sépulture. De cimetières juifs donc, en Israël donc.
Qu’en auraient-ils dit, les trois jeunes Français jugés hier pour profanation de sépultures juives, mais en France cette fois, dans le petit cimetière alsacien d’Herrlisheim ? Bon, eux, ils ont été encore plus courageux. Ils ont dit que ce n’était pas du tout antisémite tout ça. Mais que c’était simplement contre la racaille. La racaille, c’est « des gens qui ne travaillent pas, qui ne s'intègrent pas, qui foutent le bordel". Et que c’était pas néonazi non plus. Et d’ailleurs a expliqué l’un d’eux, Hitler ne représente rien pour moi, je n’ai jamais été très fort en histoire.
Certains matins, on claudique, on boite, on traîne la jambe et c’est comme si en voulant rattraper le monde, on suivait un enterrement. On ne va pas laisser partir Jean-François Bizot comme ça. Parce que Bizot, c’était peut-être la dernière figure en France à incarner la flamboyance de la contre-culture et de ses idéaux. Les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Avec Actuel, dans les années 70, il a changé la presse. Avec Nova, dans les années 80, il a bougé les ondes. Alors, on va saluer ce rêveur torrentiel et sa mèche virevoltante. Il n’y en a plus tellement de rêveurs torrentiels, c’est bon qu’on les rappelle. Et puis aussi, il faut le dire : Bizot, il était très fort en histoire. Allez, bonne journée et bonne chance.