Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour.


Pourtant, les sons parlent, c’est une chose certaine. Par exemple, il n’y a que quelques jours, notre consœur Betty Cleeren était dans une église bruxelloise que des sans papiers entendaient occuper. C’était sans compter sur un sacristain qui n’a pas de nom pas plus que les sans papiers n’ont de papiers et on a entendu ça :
Son. Voix du sacristain « Je ferme la porte, et vous pouvez crever. Allez, fous le camp. Et vous, vous traînez ici, qu’est-ce que vous faites ici ? » Voix de Betty Cleeren « Moi, je viens vous demander pourquoi vous leur refusez l’accès. » Voix du sacristain « Parce que moi, je ne suis pas curé ici. On ne campe pas dans les églises. Va ailleurs. Va à Sainte-Gudule. » Voix de Betty Cleeren « Vous avez appelé le curé ? » Voix du sacristain « Le curé, il n’est pas là. Je ne peux pas le toucher. Téléphone toi-même. » Une voix, derrière « On n’a pas le numéro ». Voix du sacristain « Oui mais, m’emmerde pas ».
Ça vous termine d’un coup vos vacances, n’est-ce pas ? Ah, sacristain inconnu au parler fleuri et au trousseau alerte. Sais–tu que tu vis dans une commune, Saint Josse, qui, du temps des événements d’Algérie ou de la guerre du Vietnam ouvrit ses portes aux insoumis, aux déserteurs comme aux porteurs de valises ?
Et sais-tu aussi que le saint protecteur de ton église, Josse, est passé dans la légende pour avoir, un jour où il n’avait plus qu’un quignon à manger, partagé son pain en quatre avec des mendiants, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus rien ? Ces mendiants, c’était le Christ venu clandestinement, si l’on ose, s’assurer de la grandeur d’âme de son serviteur qui en est devenu saint.
Hélas, nous vivons un temps où le fils de Dieu ne se déplace plus parmi les hommes. Ou alors, il ne s’y fait plus reconnaître. De peur sans doute de tomber sur un sacristain qui lui fermerait au nez les portes du paradis. Allez, bonne journée, Sophie et bonne chance.