Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.


Pour vous qui avanciez dans le monde comme un aventurier, qu’il était bon et doux de croiser de temps en temps un marronnier au pied duquel il était loisible de déposer votre fardeau. Ah, un marronnier, ça vous prouvait que les aiguilles avaient une montre. Ça vous donnait l’impression de pouvoir enfin faire le rêve parfait d’un monde tout rond où les gens iraient mourir dans les cimetières. Car rien ne se passait, l’été. L’urgence était congédiée. L’actualité reportée aux calendes. Rien ne se passait. Sauf, évidemment les accidents et les drames des vacances. C’est même comme ça qu’on s’en rappelait, qu’on était en vacances. Mais voilà, je vous le disais, les marronniers ne poussent plus en été. Les marronniers, ça existait du temps où il n’y avait que des carrefours. Maintenant qu’on a des ronds-points, c’est moins aisé pour les marronniers : les priorités ont changé et de temps en temps on croise un conducteur fantôme. Si bien que nos étés, désormais, se déroulent comme le reste. Pendant les vacances, l’actualité continue. Pour se reposer du chaos planétaire, il nous faudra désormais attendre la trêve des confiseurs. Mais qui, dans ce monde, je vous le demande, nous apporte encore des bonbons ? Ah, qu’il était délicieux, Sophie, le temps où il y avait un temps pour tout. « Un temps pour chercher et un temps pour perdre, un temps pour garder et un temps pour jeter, un temps pour déchirer et un temps pour coudre. Un temps pour parler et un temps pour se taire».