Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.


C’était un passeport de la Croix-Rouge, délivré au nom de Riccardo Klement. Les vérifications d’identité étaient fragmentaires à l’époque, dit la Croix-Rouge. Et c’est aussi avec de vrais-faux passeports et des noms empruntés que Klaus Barbie, Joseph Mengele ou Ante Pavelic trouvèrent la route de l’Argentine où Juan Peron ne fut pas avare de son accueil. Et c’est là que l’on se dit qu’on ne connaît pas les noms des seconds couteaux des crimes du Darfour. Bien sûr, les dirigeants sont bien connus. Mais ceux qui commandent sur le terrain, ceux qui se sont rendus coupables de fosses ardéatines subsahariennes, ceux qui razzient et brûlent les villages comme le faisaient les Einzatsgruppen, ceux-là, on ne les connaît pas. Une conférence s’est tenue hier à Paris et on a pu espérer que l’on sorte là aussi, comme ailleurs, de l’humanitaire comme seule pratique politique. La présence autour de la table des Américains, des Chinois, des Russes, des Nations-unies et de la Ligue arabe autour de Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner augurait de quelque chose, cependant. Pour autant que l’on se soit mis d’accord sur les mots. Car là où les Américains dénoncent un génocide, les Européens préfèrent voir des crimes contre l’humanité. Et les Chinois, eux, c’est simple, cela fait longtemps qu’ils n’y voient rien ou pas grand-chose, sauf du pétrole. On dit qu’hier, cependant, leurs yeux se seraient ouverts. C’est heureux. Car on voudrait bien ne pas retrouver dans trente ou cinquante ans, dans les rues de Pékin, un type qui a razzié, pillé et assassiné mais qui connaît par cœur le plan de la ville et le fonctionnement de sa mobylette.