Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2007
   


 
 

:

En ce jour du lundi 25 juin 2007, Jean-Claude Juncker est l’homme qui avait dit un jour, au sortir d’une de ces réunions dont le rond-point Schuman a le secret : « Si le ridicule tuait, les rues de Bruxelles seraient jonchées de cadavres ». Il est toujours intéressant d’écouter Jean-Claude Juncker. Il est le Premier ministre d’un tout petit pays qui parle trois langues plus le portugais et c’est bien sûr le Luxembourg. Jean-Claude Juncker fait partie d’une race en voie de disparition, celle des hommes politiques européens convaincus. Aussi bien, quant au sortir du sommet de Bruxelles, ce dernier week-end, il dit : « Le traité constitutionnel était un traité aisément compréhensible, ceci est un traité simplifié qui est très compliqué », on tend l’oreille. Et l’on se demande si l’on a bien compris ce qui s’est passé au siège de la Commission européenne. On a bien vu que la Constitution était morte. Qu’il y aurait un président mais pas de ministre des Affaires étrangères. Que les sujets qui fâchent sont restés enfermés dans les anciens traités. Que la règle de la double majorité sera progressive et ambiguë. Que les parlements nationaux reprennent du pouvoir. Que les députés européens en gagnent un peu. Qu’il y aura moins de commissaires européens. On a vu tout ça. Et les journaux ont pu titrer que l’Europe était tirée d’affaire. Mais l’on se dit que ce que l’on a surtout vu, c’était la concurrence des Etats au moment d’accomplir le geste salvateur. (...)