Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Et donc les paroles diagonales sauvées de la rue — l’exact contraire de la communication téléphonique portable que l’on vous impose dans le train, au bistrot ou au restaurant — donnent matière à des fables modernes et “Le Maure, le clochard et les droits de l’homme “ nous fera, pour celle-ci, un fort joli titre. Evidemment, tout ne tourne pas rond : il n’y a que 30 articles dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’homme sur ses cartons se trompait un peu : l’article 60 est une disposition des centres publics d’aide sociale permettant d’embaucher des allocataires, mais pour l’article 27, il avait raison, c’est tout à fait ça. Cet article stipule : « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. » En foi de quoi, l’on conclut que cet homme-là, sur ses cartons, va de temps à autre au spectacle et au théâtre — une association organise cela depuis 1999, elle s’appelle aussi « Article 27 » et elle donne accès à la culture à toute personne vivant une situation sociale et/ou économique difficile pour la modique somme d’1,5 euros. Et on se prend à imaginer qu’on était peut-être bien au théâtre, ce soir-là, qu’on était spectateur et qu’on avait assisté à une répétition, peut-être à une avant-première, qu’on était VIP, qu’on était privilégié et qu’on n’avait même pas payé son entrée. Parce que l’obole dans la sébile, en vérité, on ne l’avait pas mise. C’est pourquoi repassant l’autre jour au même endroit, on versa de la monnaie dans le gobelet, s’excusant, d’avoir, la dernière fois, manqué à ses obligations. Cette morale, à la fin, valait bien un hommage.