Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.


A l’Italie, il reste l’Albanie, par exemple, ou alors la Côte d’Ivoire qui n’est pas mal non plus. C’est peut-être d’ailleurs de Côte d’Ivoire que venaient quelques-uns de ces clandestins naufragés dont la photo occupait deux pages de journal, hier. C’est là, Sophie, que l’on regrette que la radio n’ait pas l’image. Cette image montre 27 émigrants accrochés à l’armature métallique de ce qu’on appelle une cage à thons, une ferme flottante où l’on élève des thons rouges en pleine mer. Cette image est impitoyable. C’est l’envers de la pêche miraculeuse. Ce sont des miraculés de la pêche, sans doute mais on dirait surtout le radeau de la Méduse. Trois jours, ils sont restés accrochés, les bateaux se détournant d’eux. C’est que l’île la plus proche, qui est un pays communautaire, Malte, oppose une fin de non-recevoir à quelque clandestin que ce soit. Un capitaine généreux qui avait recueilli d’autres de ces migrants en fait les frais pour l’instant. Son navire est bloqué. Equipage et clandestins sont à l’intérieur. On y manque de vêtements et de nourriture. La mer, décidément, n’a plus de lois. Et eux, les naufragés de la cage à thons que sont-ils devenus ? Ils ont été hélitreuillés et ramenés vers les côtes, par les airs. A l’arrivée, un patrouilleur les a embarqués. Il était italien. Il les a emmenés en Sicile. C’était ma chronique : il y a des ordures un peu partout sur la planète et c’est vrai qu’il y a aussi pas mal de gens très bien mais ce n’est pas encore aujourd’hui, hélas, que le beau parviendra à compenser l’immondice.