Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2007
   


 
 

:


En ce jour du mardi 22 mai 2007,
Vous vous souvenez peut-être de cet avertissement : « Il est interdit de cracher par terre et de parler breton ». Pendant des années, les Bretons nous ont assuré qu’au début du siècle dernier, il était placardé dans les trams, dans les écoles, dans les lieux publics et que c’était bien là toute la malignité de l’Etat centralisateur parisien pour humilier la culture locale. Parce que tout de même, comparer le fait de parler breton et celui de cracher, voilà bien le mépris jacobin ! Mais voilà, il semble bien que cette interdiction n’a jamais existé. C’est un poète, un certain Yann-Ber Piriou, qui l’a forgée, dans les années 70, du temps où les régionalismes français étaient en fleurs. Non, l’Etat français n’a jamais interdit de parler breton et de cracher par terre. En tout cas, pas en même temps. Il était bien défendu de parler breton à l’école. Et il était bien prohibé de cracher par terre partout ailleurs. Mais l’avertissement que l’on trouvait dans les gares, par exemple, était écrit en... breton. Si on le traduit, ça donne ceci : "Avis. Il est rigoureusement interdit de cracher, et de jeter des saletés, des péricarpes de châtaignes, dans la Salle des pas perdus, sous peine d'être immédiatement expulsé". On rêverait d’en avoir encore à lire, des interdictions comme ça. Parce que tout de même, on aimerait bien en avoir à jeter, nous, des péricarpes de châtaignes. (...)