Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2007
   


 
 

:



En ce jour du mercredi 16 mai 2007,
On nous classe tout, mais on nous dit rien, Sophie. L’avez-vous remarqué ? Désormais, dans les journaux, à la télé, ça classe : les ministres, les parlementaires, les grands patrons, les grandes fortunes, les universités, les hôpitaux, les livres, … tout fait farine au moulin du classement. Car que serions-nous sans hiérarchie ? Que ferions-nous sans cotations ? Comment sinon pourrions-nous discerner le bon grain de l’ivraie ? Alors, pour combler notre souci de transparence, nous choisissons des critères, nous étalonnons des valeurs, nous élisons des normes. Quel est le taux de césariennes dans cette maternité ? Et celle-là ne pratique-t-elle pas trop de péridurales ? Et les mamans, qu’en pensent-elles, veulent-elles bien noter la nourriture et la literie, s’il vous plaît ? Et hop, voici la maternité classée. Et puis, ce député, a-t-il déposé son quota de propositions de lois ? A-t-il posé suffisamment de questions orales ? Et puis les questions écrites ? Y a-t-il seulement pensé, aux questions écrites ? Et hop, voilà le député noté, coté, classé… ou déclassé. Et nous, sommés de féliciter, comme à la remise des prix, ceux qui repartent avec tous les livres et de nous gausser de ceux qui restent au coin, coiffés du bonnet d’âne. (...)