Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Car nous sommes ainsi faits que nous regardons les informations parce que nous sommes inquiets de ce qui pourrait se produire et que, loin de nous rassurer, ce que nous y voyons nous épouvante encore plus, raison pour laquelle nous nous tournons une nouvelle fois vers l’information. Ce cercle infernal permet mal, au total, de comprendre le monde. Est-ce pour cela que certaines, ces temps-ci, tentent de s’émanciper de l’explication des choses pour aller s’en occuper ? Le journalisme mène à tout à condition d’en sortir, a dit un jour Jules Janin, un esprit libre du 19ème siècle. Bien que beaucoup pensent aujourd’hui que le journalisme pourrait les mener à bien des choses à condition de pouvoir y entrer, cette sentence a été bien entendue, dernièrement, par deux présentatrices des JT du soir, du public et du privé : Anne Delvaux quittant la RTBF pour le CDH et Florence Reuter RTL-TVI pour le MR. Comme si désormais, la politique continuait le journalisme comme l’outil poursuit la main. D’autres, plus acerbes pourraient penser que la politique est, désormais, la continuation du journalisme par d’autres moyens. A moins, bien sûr, que ce ne soit l’inverse… Et s’il n’y a pas de honte, pour des présentatrices de JT, ni plus ni moins que pour quiconque, à s’engager en politique, il y a peut-être plus de gêne pour les partis qui les appellent à quelques encablures seulement d’une échéance électorale en leur refusant ce temps long, ce beau temps, de vrai temps de la militance et de l’expérience. Et l’on espère pour elles que ce qu’on leur demande de troquer, ce ne sont pas seulement les chiffres de l’audimat pour ceux des voix de préférence. Parce que la communion présidentielle de mercredi dernier l’a une nouvelle fois montré : nous avons besoin de politique comme de pain.