Lautresite, le jour, les billets du mois d'avril 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Nous sommes le premier mai demain, alors allons faire un tour dans le monde du travail européen. Vous savez bien, ces consortiums multinationaux qui construisent, par exemple des avions. Je vous parle d’EADS et d’Airbus. Encore une fois. Parce que, je vous le demande : comment appelle-t-on le contraire d’un parachute doré ? Parce que voilà : le pactole de Noël Forgeard plane encore sur la campagne française, maintenant qu’on a appris le montant que les travailleurs de chez Airbus toucheront cette année au titre de leur participation aux bénéfices de l’entreprise. Cinq euros. L’an dernier, c’était 3000 euros, mais cette fois-ci, fasten seat belts et serrez vos ceintures. Ce sera cinq euros. A côté des huit millions et demi de Noël Forgeard, ça fait un peu riquiqui, sans doute, mais on ne s’étonne pas que l’aviation, ce monde qui a inventé le low cost, voie les choses de très haut, c’est-à-dire en très petit. Après tout, avec 5 euros, vous pouvez peut-être bien aujourd’hui vous payer un aller simple pour Varsovie… Si je vous parle tellement du 1er mai, c’est que l’an prochain, nous n’en aurons pas. Ou, plus exactement, le 1er mai tombera le jour de l’Ascension à moins que ce ne soit le contraire. C’est un peu comme quand le soleil a rendez-vous avec la lune : on ne sait pas lequel des deux éclipse l’autre. De sorte que l’on s’est demandé toute cette semaine où aller récupérer ce jour férié perdu. C’est important, un jour férié. Vous pouvez démissionner des députés vous pouvez diminuer la prime des ouvriers. Mais par pitié, ne touchez pas à nos jours fériés !