Lautresite, le jour, les billets du lois d'avril 2007
   


 
 

:



En ce jour du mardi 24 avril 2007,
Peut-être attendez-vous que je vous dise quelques mots de ce premier tour des présidentielles françaises, Sophie, et qu’après des pronostics je me livre à un diagnostic. Mais non, je ne me sens pas le courage de revenir sur ce désastre théâtral que fut cette soirée électorale, sur cette Bérézina du sens que fut cette émission spéciale diffusée sur le service public français. Puisque, je dois bien vous l’avouer : j’ai quitté les ondes de notre radio commune et communautaire à 20 heures : l’heure H et la minute M de la délivrance légale parce que, il faut bien le dire, la France accouche de ses résultats sous césarienne et empêche toute prématurité. Chacun s’étonne effectivement que les sites et les blogs, même les sites et les blogs étrangers, se soient trouvé bloqués au moment de publier leurs résultats, deux heures avant l’heure légale… Mais dans ces cas-là, Sophie, il vous reste à faire confiance aux instruments antiques de la communication que sont la radio et le téléphone et j’ai pu communiquer à Paris, les estimations que donnait, de Paris, Jean-Pierre Jacqmin dès 18 heures, des estimations qui se révélèrent, à l’expérience d’ailleurs, fort estimables. (...)