Lautresite, le jour, les billets du mois d'avril 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Georges est français, mais sa mère était juive polonaise de Belgique et son père juif polonais de France ce qui explique qu’en plus d’être enfant caché, il fut aussi enfant transfrontalier, un enfant des corons et des terrils lillois et d’une ville, Bruxelles, qu’il prononce Bruxelles. Son père a été fusillé par les nazis, sa mère est sortie vivante de Ravensbrück. Il a écrit sur elle un livre magnifique.
Mais Georges n’était pas à Jérusalem, il vit en France où il se demande pour qui il va voter utile. Voter utile ? Jean-Marie Le Pen vient précisément de regretter que Jacques Chirac, président sortant, ait reconnu publiquement la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs. « Même Mitterrand ne l’avait pas fait », a-t-il commenté. Ça, c’est pour le côté français de mon ami Georges. Maintenant, mon pote qui est aussi un peu polonais aura appris comme moi que le Parlement des frères Kaczynski étudie pour l’instant la possibilité de couper l’aide sociale aux citoyens, des personnes âgées bien sûr, qui ont participé à la guerre d’Espagne. Côté républicain, bien entendu. C’est une petite pension, rien du tout, quelques zlotys. Mais on va la supprimer, eu égard à ces Polonais de toute façon communistes qui étaient quand même un peu trop juifs. La mère de mon ami Georges avait aussi combattu en Espagne.
Ainsi donc, en l’espace de quelques jours, mon ami a-t-il dû comprendre que son histoire ne tenait qu’à un fil : qu’on peut la regretter historiquement d’un côté, qu’on peut la supprimer socialement de l’autre. Je ne sais pas si mon ami Georges porte cela au compte de la violence que l’on fait aux enfants et à leur mémoire. Mais je pense comme lui : qu’il y a des adultes, on se demande s’ils ne devraient pas un peu aller se cacher, enfin.