Lautresite, le jour, les billets de mars 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Pour finir par le raccrocher à un train de marchandises qui file en direction de l’Italie où les douaniers, encore, soupçonnant une « importation illégale de marchandises » l’arrêtent de nouveau. Avant de le laisser repartir pour Milan où leurs confrères l’envoient sur une voie de garage. Finalement, il parvient à Rome. Il reste quatre jours avant la signature. Les équipes se mettent au travail, on recommence à ronéotyper, au Palais du Capitole, dans la salle des Horace et des Curiaces, au milieu des fresques. Le soir venu, on est assez content. Les feuilles imprimées sont déposées en petits tas, le sol en est jonché. Mais, au matin, tout a disparu. Un bataillon de femmes de ménage a jeté le Traité de Rome à la poubelle. On va, sans rire, jusqu’à la décharge municipale pour le récupérer. Peine perdue. On appelle en urgence des secrétaires qui puissent le retaper. Mais les étudiants italiens engagés pour assembler les textes se trompent dans la pagination. Tout est de nouveau fichu. Et la signature, c’est demain. C’est pourquoi, au moment critique, Konrad Adenauer, Joseph Luns ou Paul-Henri Spaak reçoivent un signataire où sont apparents le préambule du Traité et sa dernière page. Au milieu, des pages blanches. Ainsi sera signé le Traité de Rome. Quand il raconte cela, Albert Breuer a l’air d’un galopin. Il faut le voir raconter cela ! C’est, d’un bout à l’autre, passionnant. Ça redimensionne les grandes idées, ça les rapproche de la taille humaine. On se dit qu’à cet impossible-là, nous aimerions bien, nous aussi, être tenus. Et puis, on est fier. On est fier d’appartenir à une Europe où les trains n’arrivaient pas à l’heure. Douze ans plus tôt, en Europe nazie, tous les trains arrivaient à l’heure. C’est peu dire qu’on la préfère, l’Europe d’Albert Breuer.
Pour voir l’interview vidéo d’Albert Breuer (en 4 parties ) : http://www.ena.lu/mce.cfm (site du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe) puis cliquer sur événements historiques et aller à 1957.