Lautresite, le jour, les billets de mars 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



En foi de quoi, cette décision pourrait créer un cataclysme dans les pouvoirs locaux. Lisant et écoutant ce qui se dit ici et là à propos de cette histoire, j’ai cru comprendre qu’une certaine sympathie entoure cet expert lessinois. Ça y est, on en tient un, de Robin des Bois fiscal ! Parce que, comme disait d’ailleurs un bourgmestre, sic, « on n’aime pas de payer ». Mais si « on n’aime pas de payer », on aime tout de même bien utiliser ce à quoi les impôts servent. Je veux dire, dans une commune, les crèches, les voiries, la piscine, la bibliothèque, le centre sportif, enfin, toutes ces choses qui nous tiennent ensemble. Aussi bien, on peut se demander, tout de même, où réside l’intérêt général dans cette affaire ? Que tout le monde récupère le montant d’une taxe illégale ou bien que tous les citoyens utilisent le fruit d’un impôt légitime, même si tardivement voté ? Il est vrai que notre rapport à l’impôt est brouillé depuis longtemps. Notre main gauche qui donne ne voit pas ce que notre main droite reçoit. Nous sommes sur cette question, terriblement hémiplégiques. Cela fait des années, maintenant, que l’impôt est remis en question, qu’il est considéré comme injuste, oppressant, inique. On peut discuter à l’infini sur la manière de le rendre plus harmonieux, mais il y a un fait têtu : pour vivre ensemble, nous devons payer ensemble. Et si cette affaire, finalement, en restait au plan des principes ? La commune a fauté, la commune est condamnée. C’est juste. Pour le reste, je suis certain qu’on peut s’arranger. René Magritte aussi était lessinois. Il a peint en 1964 un tableau intitulé « L’ami de l’ordre». Deux ans plus tard, il en peignit un autre qu’il appela « L’heureux donateur». Hé bien, vous savez quoi ? C’est presque le même.