Lautresite, le jour, les billets de mars 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Donc, pour résumer et répondre à ma question, Jean Ziegler disait que non, le steak de crocodile, on ne devait pas et Baudouin Velge que la barquette en alu, on pouvait. Parce que l’alu est recyclé à 100%, il l’a répété plusieurs fois, et qu’un concombre dans du plastique dure quinze jours au frigo tandis que le même concombre dans sa peau d’origine ne tient que deux jours. Oui mais bon, dit un auditeur qui avait écouté Jean Ziegler, que faites-vous des conditions de production en amont de votre concombre emballé ? Dans le film, il est question de clandestins africains chassés de chez eux par le déséquilibre créé par les gens du Nord et que l’on retrouve en Espagne en train de récolter nos tomates qui nous arrivent en barquettes et en camions en flux tendus... Ce ne sont pas des coûts sociaux et écologiques induits, cela ? Même s’il est vrai qu’à bien y penser, en termes de CO2, les Africains qui traversent l’Atlantique sur des barques ne nous coûtent pas grand-chose. Et tandis que nous réfléchissions sur ces inégalités, il y a ce monsieur mexicain de l’OCDE qui est venu présenter un bilan, des félicitations et quelques remontrances aussi à Guy Verhofstadt. Cet homme parle un français remarquable, mais je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai trouvé qu’il nous causait tout de même en français langue étrangère. Vous êtes bien classés, dit ce monsieur mexicain, mais vous le seriez encore mieux si vous passiez un tour de vis aux pensions, aux chômeurs et aux étudiants. On dirait que l’OCDE, c’est comme Felix Lévitan ou Jean-Marie Leblanc au Tour de France, ça n’existe que pour faire des classements. Et à quoi, dites-moi, cela servirait-il d’être le premier de la classe, si nous devons partager entre nous les inégalités que nous faisons déjà subir aux autres ? S’il y a un peu moins, Sophie, ne vous inquiétez pas, je vous l’emballerai quand même.