Lautresite, le jour, les billets de février 2007
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Lien vers le site de la RTBF, pour écouter la chronique du jour.



Il parlait précisément de ce coup de couteau de Binche, ce coup de couteau en plus, ce coup de couteau en trop. Il se disait qu’il y avait peut-être un lien entre des spots où la violence est mise en scène et la réalité d’une scène violente. En studio, une dame a défendu la profession publicitaire. Elle nous a conseillé de « prendre un peu de recul » et « de ne pas percevoir les choses au premier degré ». Elle nous a aussi mis en garde : « Ce n’est pas toujours facile en 30 secondes, de comprendre les choses. C’est pour ça qu’en radio, il faut de la répétition », a-t-elle dit. Hé bien, c’est ce que je vais faire, Sophie, je vais répéter. Je vais répéter les propos qu’a tenus le vice-président américain Dick Cheney, il y a seulement quelques mois, en octobre 2006, à un journaliste lui posant cette surprenante question : «Etes-vous d'accord qu'une trempette dans l'eau ne pose pas de problème de conscience si cela peut sauver des vies américaines ?»—auquel le vice-président fit cette réponse : « Ce n’est même pas la peine d’y réfléchir, ça a été un outil très important pour rendre le pays plus sûr ». Et c’est vrai, ce n’est même pas la peine d’y réfléchir, quel plus bel hommage pouvait-on rendre à la banalisation de la torture et au retour de la baignoire que de l’utiliser comme un argument publicitaire ? C’est du second degré ? Mais dans le registre de torture, on a aussi la brûlure au second degré, par exemple, qui n’est pas mal non plus. Allons, messieurs les publicitaires, laissons donc les baignoires à Batibouw, si vous le voulez bien. J’en ai vu de toutes les formes et de tous les genres ces jours-ci à la télévision. Des baignoires comme s’il en pleuvait. Juste au moment où on nous encourage à ne plus prendre que des douches pour économiser l’eau. Je me demande parfois si le monde n’est pas trop complexe pour le comprendre en 30 secondes.